All About FoodTech : the latest FoodTech news for April

 
The 5th cohort of ToasterLAB's acceleration program is currently ongoing, and a new application date is coming up fast (deadline June 3rd, 2019 - don't miss out). With spring in the air, it's the perfect time to take a moment to catch up on the latest FoodTech and AgTech news for this month. Advice to entrepreneurs, applications of innovative developments in FoodScience and in blockchain by multinationals... Start reading our review of web articles in our "All About FoodTech" bulletin below!
 

 

advice to entrepreneurs… and intrapreneurs

 
"It is important to take a moment to look at things from on high, to take inspiration from outside of your daily life and work. That's the key to success for an entrepreneur." So says Nicolas Crabot, a ToasterLAB mentor (read the article below). Of course, it's not always easy to detach your nose from the grindstone, as an entrepreneur... or intrapreneur! Here are a few key pieces of advice.
 
 
 

FoodScience, tracebility… when the big players join the game

 
"Meat" substitutes, artificial intelligence and personalisation, blockchain and optimised traceability: a source of scepticism a few years ago, these very "tech" developments are now very much on the table. The proof: multinationals are getting in on the action, often in collaboration with start-ups from throughout the world.
 
 
 

agtech: the new eldorado?

 
 
 
 

Go deeper

Advice from mentors, sharing experiences with other startups: sign up below to get updates on our articles and the upcoming applications calls for ToasterLAB. Next deadline is June 3rd, 2019! Apply here.

 

 

 
 
By Claire VO.
 
 
ToasterLAB Program Manager, Claire "VO" is in charge of our start-ups' acceleration and post-acceleration, as well as intrapreneurship. After 12 years with Vitagora, Claire's unparalleled knowledge of our network is put to good use while integrating our startups into the food business ecosystem!  E-mail her at: claire.vanoverstraeten@vitagora.com

 

Retail: How MaTatie got its foot in the door

 

 

 

According to France's national food business association, the French food industry brings out 3,000 news products every year. Even so, it's not easy for an Agri-Food start-up to get its food in the door and its products on the crowded shelves of major supermarket chains...

 

So, is large scale retail out of reach? Well, it is with that sort of attitude! But as we've seen with Algama getting their eggless "mayonnaise" referenced by Carrefour (more about that here), we have another retail success story: MaTatie, accelerated by ToasterLABin 2018, and Franprix.

 

Matatie: a snack solution for children with allergies

 

In lunchboxes on the playground, shared during a child's birthday party, or passed around during a Sunday family picnic: sweet treats are an essential part of the childhood experience. But when an allergy is in play (whether to eggs, gluten, lactose or nuts, to name but a few), parents are forced to creative and wary in providing for their children. Winging it is not an option!

 

Tiphaine Bordier, a graduate of the EM Lyon business school was hurt by how her 8 year-old niece was excluded when her egg and peanut allergies came to light. Her solution was to create her own company, MaTatie, in order to develop snacking solutions free from all 14 allergens* required to be declared in food labels. "Free from" snacks that were as full of taste, enjoyment and ease-of-use as those enjoyed by other children.

 

* List of the 14 allergens

 

 

marketing: not an easy step!

 

In October 2017, a little over a year after launching MaTatie, and with a baking diploma in her pockets and 350 recipes tested in partnership with the AgroParisTech food engineering school, Tiphaine started marketing her first allergen-free sweet snacks on her start-up's website. 

 

"I soon felt the need to get help with my marketing. This is the main reason I applied to ToasterLAB in December 2017."

 

Selected from among 90 applications, Tiphaine and her team threw themselves into the program's various topics, including the sessions dedicated to market access. "This session was very much oriented towards large scale retail in order to help us. We were made aware of the various retail forms and their specifics, and the importance of knowing your market inside out. This included knowing how logistics work. The session was lead by  de François Alarcon, the innovation manager of Franprix, a major French supermarket chain," explains Tiphaine.

 

 

the winning trifecta: context + contact + credit

 

Tiphaine explains further: "Franprix is a chain whose values match our own and who is very interested in innovative products. We were very lucky to meet François. Thanks to ToasterLAB, we had the contact, the context (a chance to present our product) and the "credit" from being backed by ToasterLAB that meant we were able to start discussions from a strong position."

 

And this was how Tiphaine and her new business associate (freshly recruited) sent an email in September 2018 to François Alarcon to suggest an individual meeting. "He was very enthousiastic and replied very quickly, which was a great surprise for us! After that, everything fell in place very fast: our products were on the shelves in Franprix stores in the Paris region from the following November!"

 

To date, in less than 6 months, retail sales represent more than 50% of MaTatie's total turnover.  

 

Chosing the distribution channel aligned with your brand values

 

"Getting our products in supermarkets, on the children's snack aisle, was a huge advance for us," explains Tiphaine. "We are very proud of our retail success!"

 

As they should be. Successfully achieving market penetration and scaling up is no mean feat. But it also goes towards realising their mission of providing allergy-free snack "just like the others", including the point of sale. 

 

 

Go further

 

If you want to find out more about ToasterLAB, feel free to contact me at claire.vanoverstraeten@vitagora.com. Applications for the next intake of our European Agri-Food program are now open until June 3rd, 2019! You can apply here.

 

 

 

 

 

By Claire Van Overstraeten

ToasterLAB Programme Manager, Claire "VO" is in charge of our start-ups' acceleration and post-acceleration.  After 12 years with Vitagora, Claire's unparalleled knowledge of our network is put to good use while integrating our startups into the food business ecosystem!  E-mail her at: claire.vanoverstraeten@vitagora.com

 

[Opinion] L’intrapreneuriat – quand les start-ups n’ont pas le monopole du besoin d’accélération

 

 

 

Pour les grandes entreprises, les projets entrepreneuriaux sont un moyen de gagner en agilité, au bénéfice de tout l’écosystème d’innovation agroalimentaire et agricole. Mais les services actuels d’accélération et de soutien sont souvent concentrés sur les start-ups, voire même, s’y limitent. Il est grand temps de revoir nos modèles d’accélération traditionnels pour le bien de l’intégralité de l’écosystème de l’innovation.

 

Le défi : développer son agilité

Le paysage de l’industrie agroalimentaire évolue à une vitesse fulgurante, bouleversé par les nouveaux comportements de consommateurs, les nouveaux usages, et les nouvelles technologies. De nombreuses opportunités d’innover émergent, où les grandes entreprises cèdent parfois la place à des acteurs plus souples et plus petits comme les start-ups. Entre 2011 et 2015, sur le marché américain uniquement, les grandes entreprises agroalimentaires ont perdu 18 milliards de dollars au profit de petites entreprises. (source : Foodinstitute.com)

 

Les grandes entreprises sont depuis longtemps confrontées à la problématique des procédés d’innovation, tiraillées entre le besoin impératif de préserver leur avantage compétitif en secret et le potentiel de développement que représentent l’ouverture aux innovations externes. Ces dernières années, l’open innovation s’est popularisée, mais dans un format où une équipe (voire même une seule personne) continue de filtrer les flux d’offres et de demandes d’innovation.

 

Pourtant, avec mon expérience de directeur de pôle de compétitivité (nous comptabilisons plus de 440 membres dont un nombre significatif de grandes entreprises), je sais qu’il s’agit là d’un vrai verrou : au lieu d’améliorer la capacité et la rapidité de l’entreprise à capter de nouvelles idées, ce modèle d’open innovation engendre un goulot d’étranglement qui freine l’agilité et ne réussit pas à libérer les projets d’innovation de la lourdeur des règles et procédures.

 

L'intrapreneuriat : récompenser la prise de risques

Une autre solution, plus récente, pour développer la souplesse d’innovation des grandes entreprises, et qui gagne en intérêt auprès des multinationales, est celle de l’intrapreneuriat. Selon Wikipedia, l’intrapreneuriat correspond à « l'ensemble des démarches et méthodes permettant d'introduire une gestion entrepreneuriale au sein d'une organisation, les salariés devenant des intrapreneurs, c’est-à-dire des entrepreneurs au sein même de l'organisation en développant leur degré d'autonomie et de responsabilité. » Plus concrètement, il s’agit d’encourager, et même de récompenser, la prise de risques des salariés.

 

Au sein du réseau de Vitagora, on trouve plusieurs exemples d’intrapreneuriat, comme le Crédit Agricole, le groupe Poult, et le géant américain de l’agroalimentaire, General Mills.

 

Bien que l’intrapreneuriat ne soit pas un concept nouveau (il date des années 70), je le trouve totalement dans l’air du temps : une étape positive vers le bouleversement de la culture usée du monde des affaires, de moins en moins attractive pour les nouvelles générations de travailleurs. En effet, une étude récente a démontré que 64% des millennials estiment prioritaire de rendre le monde meilleur, et que 72% d’entre eux aimeraient être leur propre patron.

 

Il n’est donc pas surprenant que les grandes entreprises perdent des talents créatifs au profit de la création de start-ups, dont de nombreuses dans le domaine alimentaire. En adoptant la démarche d’intrapreneuriat, ces sociétés vont pouvoir conserver des talents prêts à éclore au sein même de leur entreprise.

 

Les défis de l’intrapreneuriat

La plus grande différence entre un entrepreneur et un intrapreneur réside dans le fait que ce dernier n’est pas « propriétaire » de son propre budget, et doit intégrer des attentes de forte scalabilité. Ceci mis à part, les défis relevés par l’un ou par l’autre sont très similaires. Les intrapreneurs, tout comme les entrepreneurs, doivent s’entourer d’une équipe aux compétences complémentaires ainsi que d’experts de confiance. Grâce à la multitude des compétences réunies au sein d’une entreprises, il peut être très rapide pour les intrapreneurs de réunir leur équipe.

 

Vient ensuite l’acquisition des domaines de connaissance additionnels, comme par exemple, la gestion financière, la protection de la propriété intellectuelle, l’expertise juridique, etc. Alors que les entrepreneurs ont tout un choix de soutien pour y répondre (incubateurs, accélérateurs, business angels, etc.), les intrapreneurs ont peu de solutions « tout en un » (en dehors des consultants) et qui ne demandent pas de s’appuyer sur des services internes de l’entreprise. Cela induit une perte inévitable de souplesse et de rapidité d’action, et donc, de compétitivité, en retournant à la problématique initiale de lourdeur organisationnelle.

 

Un nouveau modèle de services d’accélérateur

Que pouvons-nous donc faire pour soutenir les projets d’intrapreneurs ?

 

La première option est de revoir nos modèles actuels d’accélérateur dans l’agroalimentaire. Les modèles standards basés sur la prise de participation sont un vrai atout pour le paysage de start-ups, mais n’apportent que trop peu de soutien aux intrapreneurs.

 

C’est là qu’un modèle fondé sur le service, sans prise de participation, et ancré dans un écosystème pertinent, comme celui qu’a construit Vitagora avec ToasterLAB, peut être très utile. Notre but est d’apporter une solution agile, facilement adaptable à tout une variété de types d’entreprises à accélérer : start-ups, PME, spin-offs, projets intrapreneuriaux… Pour les intrapreneurs, cela signifie avoir accès au même accompagnement d’accélération que les start-ups, avec tous les bénéfices d’un fonctionnement indépendant (rapidité, souplesse, prise de risques) combiné aux bénéfices de leur grande entreprise (scale-up rapide, prise de risque non-individuelle, etc.).

 

En conclusion, je voudrais répondre à la question « devons-nous soutenir les projets intrapreneuriaux si nous pouvons le faire ? ». Après plus de 12 ans à construire et développer le pôle de compétitivité Vitagora, ma réponse est un « oui » franc. Je suis convaincu du rôle essentiel des grandes entreprises agroalimentaires dans les écosystèmes régionaux, nationaux, et même internationaux, qui permettent aux innovations de prendre de l’ampleur sur de nombreux marchés, et qui utilisent leur échelle et leurs ressources pour donner plus d’ambitions à des projets initiés par de plus petits acteurs, sans détriment à la création de start-ups. Toute tentative des grandes entreprises à gagner en souplesse bénéficiera, sans le moindre doute, à l’ensemble de l’écosystème tout autant qu’aux consommateurs.

 

Il y a une opportunité pour nos accélérateurs de l’agroalimentaire d’innover dans leur offre de service et dans leur business model, pour offrir à ces acteurs essentiels les moyens de contribuer encore plus à l’essor de l’intégralité de l’écosystème d’innovation agroalimentaire.

 

 

 

 

Par Christophe Breuillet

Directeur de Vitagora et de ToasterLAB, Christophe est notre chef d'orchestre ! Ses domaines d’expertise : le développement d’entreprise, la croissance à l’international, les stratégies d’influence… en bref, le « business », sous tous ces angles. Contactez-le par e-mail : christophe.breuillet@vitagora.com.

 

Commercialisation : Matatie raconte sa mise en rayons

 

 

 

Selon l’ANIA, l’industrie agroalimentaire sort 3 000 nouveaux produits par an : ce qui revient à renouveler un demi-supermarché tous les cinq ans ! Pour autant, pas facile pour une start-up de l’alimentaire de se faire une place dans ces rayons surpeuplés… 

Hors d’accès, la grande distribution ? Ne soyons pas si défaitiste. Après la percée de la « mayonnaise » sans œufs d’Algama chez Carrefour (en savoir plus ici), voici une nouvelle success story de start-up en rayon : Matatie chez Franprix (et non pas « mon tonton en rayons » !).

 

 

Matatie : résoudre le casse-tête du goûter des enfants allergiques

 

Sorti du cartable à la récré, partagé lors d’une fête d’anniversaire, en sortie au parc ou lors d’une promenade dominicale en famille : le « goûter » est un incontournable du monde de l’enfance. Mais lorsqu’allergie il y a (au choix : aux œufs, au gluten, au lactose, aux arachides, etc.), les parents doivent faire preuve de créativité et d’anticipation pour assurer à leurs enfants un goûter gourmand et nomade. Pas de place à l’improvisation !

 

Tiphaine Bordier, diplômée de l’EM Lyon en Management, a été très touchée par l’exclusion alimentaire de sa nièce de 8 ans lorsque son allergie aux œufs et aux arachides s’est déclarée. Au point de fonder, son entreprise : Matatie, afin de développer des goûters sans aucun des 14 allergènes à déclaration obligatoire*, et tout aussi gourmands, joyeux, et pratiques que ceux des autres enfants.

 

* Liste des 14 allergènes exclus des produits de Matatie

 

 

Commercialiser : tout un métier !

 

Un peu plus d’un an après le lancement de Matatie, un CAP pâtisserie en poche, et plus de 350 recettes testées en collaboration avec AgroParisTech, Tiphaine commence à commercialiser ses premiers goûters gourmands sans allergène sur le site internet de sa start-up, en octobre 2017.

 

« Rapidement, j’ai ressenti le besoin de me faire accompagner sur la commercialisation. C’est principalement pour cette raison que j’ai candidaté à ToasterLAB en décembre 2017. »

 

Sélectionnée parmi plus de 90 dossiers de candidatures pour intégrer la 3e promo du programme d’accélération, Tiphaine et son équipe ont suivi les différentes sessions thématiques avec assiduité – dont celle consacrée au market access. « Cette session était très orientée sur la distribution en GMS (NDLR : grandes et moyennes surfaces). Au programme : sensibilisation des entrepreneurs aux différents types de circuits de distribution, leurs spécificités, l’importance de bien connaître son marché, les dessous de la logistique… et une intervention de François Alarcon, Responsable Innovation chez Franprix », détaille Tiphaine.

 

 

Le trio gagnant : contexte + contact + crédit

 

Tiphaine précise : « Franprix est une enseigne en phase avec nos valeurs et qui s’intéresse beaucoup aux produits innovants : c’était une vraie opportunité de rencontre. Grâce à ToasterLAB, nous avions le contact, le contexte, et le crédit ‘ToasterLAB’ pour lancer les échanges. »

 

Et c’est ainsi que Tiphaine et son associé (fraichement arrivé dans la société) ont envoyé en septembre 2018 un e-mail à François Alarcon pour lui proposer une rencontre individuelle.

« Il était très enthousiaste et nous a répondu très vite, ce qui fut une vraie surprise pour nous ! Tout est allé très vite : les premières mises en rayons dans les Franprix de la région parisienne ont commencé dès novembre. Un laps de temps très court ! »  

 

A date, soit moins de 6 mois après la commercialisation en GMS, ce circuit représente d’ores et déjà 50% des ventes de la start-up.  

 

 

Une distribution en phase avec les valeurs de la marque

 

« Être distribuée en GMS, au rayon des goûters conventionnels pour enfants, est très important pour nous », explique Tiphaine. « Nous sommes très fiers d’avoir réussi à convaincre la grande distribution ».

 

Une fierté pour cette jeune pousse à la fois en terme de pénétration de marché et de scalabilité de leur activité. Mais aussi par rapport à la mission même de la start-up, qui est d’apporter un goûter « comme les autres » aux enfants allergiques. Et qui dit « comme les autres » dit aussi « trouvé au même endroit que les autres », non ?

 

 

Pour aller plus loin

 

Bienveillance, dialogue en toute transparence, contacts et réseaux. Si la success story de Matatie vous parle et que vous ressentez vous aussi le besoin d’être accompagnés dans le développement de votre start-up, contactez-moi :  claire.vanoverstraeten@vitagora.com !

 

 

 

 

Par Claire Van Overstraeten

Responsable du programme ToasterLAB, Claire VO est également en charge de la post-accélération de nos start-ups, ainsi que de l'accompagnement des intrapreneurs. Après 12 ans au sein de Vitagora, Claire est véritablement le "cerveau du réseau" et, dans les méandres de notre écosystème, vous aide à y voir plus... clair ! Contactez-la : claire.vanoverstraeten@vitagora.com

 

All About FoodTech : the latest FoodTech news for March

 
With a moment to breathe between ToasterLAB’s 5th cohort starting their acceleration program and the preparations for the next intake, we bring you this month’s bulletin of FoodTech and AgTech web news.
 
Advice to entrepreneurs and start-ups, technology in support of agriculture, innovation to curb food waste: here is our selection of articles.
 

 

Start-up advice

 
Almost all start-ups ask themselves these questions: incubator or accelerator, what’s the difference? When should I look for investors? How do I fund my development? How should I choose and work with a business mentor? While ToasterLAB continues to support young entrepreneurs (look out for the next cut-off date for applications in June), here are a few articles to feed your business:

 

Agtech: technology transforming agriculture

 
Offering funding for projects, analysing animal health, increasing sustainability… These are a few of the challenges that the world’s farmers are facing. What they all have in common is that AgTech is providing solutions. During Paris’ “Salon de l’Agriculture”, a number of these innovations were on display.​
 

FoodTech: fighting the good fight against food waste

 
Food waste costs us dearly: between 12 and 20 billion euros a year in France alone. FoodTech players are taking the bull by the horns and developing solutions that are attracting the attention of investors. 3D food printing, mobile apps, smart packaging… Here are a few initiatives attempting to turn the tide on food waste.
 

 

Go deeper

Advice from mentors, sharing experiences with other startups: sign up below to get updates on our articles and the upcoming applications calls for ToasterLAB!

 

 

 
 
By Claire VO.
 
 
ToasterLAB Program Manager, Claire "VO" is in charge of our start-ups' post-acceleration as well as intrapreneurship. After 12 years with Vitagora, Claire's unparalleled knowledge of our network is put to good use while integrating our startups into the food business ecosystem!  E-mail her at: claire.vanoverstraeten@vitagora.com

 

Spadel : «nous souhaitons développer l’innovation agile»

 

 

 

Un nouveau membre fondateur rejoint ToasterLAB en ce début d’année 2019. Nous sommes ravis d’annoncer que Spadel, groupe européen leader dans le domaine de la production et de la commercialisation d’eau minérale et de boissons rafraîchissantes (Spa, Wattwiller, Carola, etc.), a rejoint nos membres fondateurs.

 

Pleinement conscients des bouleversements des métiers de l’agroalimentaire et des attentes des consommateurs, Spadel investit dans un partenariat avec ToasterLAB pour renouveler sa vision de l’innovation et déceler les talents de demain parmi les start-ups de notre écosystème.  

 

Nous avons échangé avec Franck Lecomte, nouvellement nommé directeur de l’innovation, du digital, et de la responsabilité sociétale du groupe Spadel, sur sa vision de ce partenariat.  

 

 

QUELLES SONT LES ATTENTES DE SPADEL EN REJOIGNANT TOASTERLAB ?

 

Franck Lecomte : « Depuis quelques années, à l’instar de l’ensemble du secteur agroalimentaire, nous sommes confrontés à de nouveaux défis dans nos métiers. Plus spécifiquement sur notre secteur, deux défis nous concernent en particulier :

 

1 – un défi autour des emballages. La catégorie de l’eau et des boissons rafraîchissantes en bouteille est associée aux emballages plastiques et aux déchets environnementaux. La résolution de cette problématique et le développement durable ont été placés parmi les objectifs stratégiques prioritaires de Spadel. Rejoindre ToasterLAB va nous permettre de sourcer les innovations les plus prometteuses autour de l’emballage de demain, de sortir de nos réflexes afin d’imaginer une autre manière d’amener l’hydratation à la maison de nos consommateurs et dans les circuits ‘on the go’.

 

 2 – le second défi concerne les eaux aromatisées et les limonades, qui font également partie de notre portefeuille métier. Nous sommes convaincus que les consommateurs attendent une nouvelle offre de ce côté. Avec ToasterLAB, nous nous engageons à accompagner et mettre en place rapidement des partenariats avec des start-ups développant des concepts novateurs dans ce domaine.

 

 

QUE REPRESENTE L’INNOVATION AGILE POUR L’ENTREPRISE SPADEL ?

 

Franck Lecomte : Notre entreprise Spadel pratique l’innovation de manière traditionnelle, partagée entre la R&D, le marketing et la direction. Jusqu’à maintenant, nous ne sommes jamais allés jusqu’aux innovations de rupture.

 

En nous rapprochant de ToasterLAB, nous comptons nous inspirer de l’agilité des start-ups pour dynamiser et booster notre façon d’innover. Les start-ups agritech sont décomplexées, innovent vite et constamment. Nous voulons sortir de nos réflexes ancrés dans une innovation classique incrémentale pour nous tourner vers de l’innovation « lean » (lire ici un exemple d’innovation en mode « lean start-up »). C’est une réflexion que nous menons en interne depuis plus d’un an, nous avons fait émerger plusieurs concepts, nous devons maintenant transformer ces idées en projet de business.

 

Quel est l’impact des technologies sur nos métiers ? Qu’attendent les nouveaux consommateurs ? Comment faire de l’open innovation en interne pour y répondre ? Ce sont des questions que nous nous posons depuis plusieurs années. Désormais, avec ToasterLAB, nous ambitionnons de passer à l’action. Nous sommes convaincus que l’accélération de start-ups des secteurs agri-food est un élément clé pour faire avancer l’innovation dans notre industrie.

 

 

CONCRÈTEMENT, COMMENT COLLABOREZ-VOUS AVEC DES STARTUPS ?

 

Franck Lecomte : Nous sommes de vrais débutants (sourire) ! Plus sérieusement, à date, aucune collaboration concrète n’a encore vu le jour. Mais le monde des start-ups ne nous est pas inconnu pour autant : nous avons appris à le connaître lors de salons tels que VivaTech ou d’événements de type DemoDays ou les Startups weekends.

 

Avec ToasterLAB, nous avons l’intention de démarrer concrètement nos collaborations avec des start-ups du domaine de l’agri-food, dans une vision gagnant-gagnant.

 

 

 

 

 

 

Par Christophe Breuillet

Directeur de Vitagora et de ToasterLAB, Christophe est notre chef d'orchestre ! Ses domaines d’expertise : le développement d’entreprise, la croissance à l’international, les stratégies d’influence… en bref, le « business », sous tous ces angles. Contactez-le par e-mail : christophe.breuillet@vitagora.com.

 

Accélérateur : le VRAI / FAUX

 

 

 

« On n’a pas besoin de vous, on est déjà incubés. » « Ah mais vous êtes une pépinière, en fait. » « Non ? Ah bon ? Et c’est quoi, la différence ? »

 

Ces remarques, je les entends au quotidien. Et je les comprends : dans les méandres de l’écosystème français d’accompagnement aux jeunes entreprises, il n’est pas évident de cerner les différences entre un accélérateur et un incubateur.

 

Or, chaque dispositif possède ses spécificités et ses atouts. Mieux les identifier vous permettra de vous orienter vers la (ou les !) solution(s) qui saura(ont) répondre à votre besoin. Après un petit rappel d’ordre linguistique, voici notre « VRAI / FAUX » sur les préjugés adossés aux accélérateurs.

 

Accélérer / incuber : si on se penchait simplement sur les définitions ?

 

A l’heure du web, n’ayons pas peur d’être old-school. Pour mieux cerner la différence entre « accélérateur » et « incubateur », je vous propose d’ouvrir votre dico (vous pourrez en profiter pour le dépoussiérer un peu) :

  • Lettre A -> « accélérer » (du latin accelerare, de celer, -eris, rapide) : rendre plus rapide une action, faire qu'un processus s'installe plus vite et avec plus d'ampleur.
  • Lettre I -> « incuber » (du latin incubare, être couché) : couver, assurer la protection des œufs avant leur éclosion.

 

En parallèle, une « pépinière » d’entreprises est un lieu d’hébergement jeunes entreprises, sans programme d’accompagnement associé.
 

Vous commencez à cerner les nuances ? Pas de soucis : je rentre dans les détails.

 

 

« Je peux rejoindre un accélérateur dès mon idée de création d’entreprise. »

 

FAUX !

 

Un accélérateur vise, comme son nom l’indique, à « accélérer » le développement de jeunes entreprises. Pour cela, il faut donc que l’entreprise existe déjà et ait atteint un certain degré de maturité. A ToasterLAB, le niveau attendu est celui de la commercialisation / passage à l’échelle industrielle (un premier produit au moins doit être commercialisé). En Suisse, chez Kickstart Accelerator, les candidatures sont étudiées si les start-ups en sont à leur projet pilote.  
 

A l’inverse des incubateurs, qui accompagnent les créateurs d’entreprise (des « seeds ») dans l’objectif de « faire éclore » leur projet de création, de l’idée à la preuve de concept et jusqu’au lancement officiel de la start-up. 

 

 

« Je dois délocaliser mon entreprise pour rejoindre un accélérateur… »

 

FAUX, la plupart du temps

 

Les accélérateurs sont majoritairement des programmes et peuvent être suivis de là où vous êtes (contrairement à un incubateur). C’est le cas à ToasterLAB par exemple. Certains accélérateurs nécessitent d’être hébergés sur place, mais ils sont rares.
 

L’implantation géographique est en revanche plus importante lorsqu’il s’agit d’incubateurs – que ce soit pour les incubateurs issus de la Loi Allègre (dont un des critères de sélection est le lien entre le projet et la recherche publique locale), les incubateurs privés ou corporate, ou encore les incubateurs d’écoles supérieures.

 

 

« L’accélérateur propose un accompagnement limité dans le temps. »

 

VRAI

 

Accélérateur et incubateur sont tous les deux limités dans le temps. Si la durée d’une incubation varie de 1 à 3 ans (lancer une entreprise prend du temps !), l’accélération est généralement plus intensive pour réussir à obtenir des résultats rapides et ciblés. En moyenne, ce sont des accompagnements de 3 à 6 mois. Chez ToasterLAB, le fonctionnement est hybride : 2 mois d’accélération intensive suivis de 10 mois de post-accélération.

 

 

« Un accélérateur, ce n’est que de la mise en relation. »

 

FAUX !

 

Si la mise en relation est fondamentale à la réussite des programmes d’accélération, en s'adossant à des experts dans des domaines spécifiques (international, gestion d’affaires, juridique, branding, industrialisation, etc.) (voir ici le réseau d’experts de ToasterLAB) ainsi qu'à des réseaux d’investisseurs, leurs actions ne se limitent pas à organiser des échanges de cartes de visite.
 

Sessions collectives et individuelles, formations, entretiens hebdomadaires, chèques de prestation / coaching, etc. : chaque accélérateur propose un panel de services et d’actions concrètes au service de votre croissance. Renseignez-vous auprès des équipes… et des anciennes start-ups accélérées (des témoignages de nos anciennes start-ups sont à lire ici) !

 

 

« Les accélérateurs sont des organismes à but lucratif »

 

VRAI/FAUX

 

Ce préjugé trouve son origine dans l’évolution récente du paysage économique français. En effet, les premiers incubateurs sont nés dans les universités ou d’initiatives territoriales – à but non lucratif (alors qu’à l’étranger, nombreux sont les incubateurs à but lucratif, comme The Kitchen en Israël).

De leurs côtés, les premiers accélérateurs ont été lancés par des investisseurs privés.

Aujourd’hui, si la plupart des accélérateurs dans le monde se financent par des prises de participation, ce n’est pas le cas pour tous. Et aucunement une obligation de statut. D’ailleurs, ToasterLAB est une association loi 1901 avec 0 prise de participation garantie (« zero equity »).

 

 

« Accélérateur, incubateur... Il y en a forcément un plus utile que l’autre ! »

 

FAUX (et archi-faux)

 

Incubateurs et accélérateurs sont des dispositifs qui enrichissent, chacun et de façon complémentaire, l’écosystème français de l’entrepreneuriat. Connaitre et comprendre leurs différences, et s’entourer des experts en entrepreneuriat que chacun représente, est essentiel pour choisir le programme adapté à votre stade de développement. Chez ToasterLAB, si votre start-up est trop jeune ou trop mature pour nous rejoindre, on ne se privera pas de vous le dire… et on vous aiguillera au mieux afin de développer votre start-up plus sereinement !

 

 

Pour en savoir plus sur ToasterLAB

Si vous souhaitez en savoir plus sur notre programme, n’hésitez pas à me contacter sur claire.maugras@vitagora.com. Nous acceptons des candidatures tout au long de l’année !

 

 

 

Par Claire M

Start-up manager pour ToasterLAB, Claire est familière du monde de l’entrepreneuriat : elle a passé plus de 4 ans en tant que chargée d’affaires au sein d’un incubateur de start-ups et centre européen des entreprises et d’innovation. Sa mission au sein de ToasterLAB: accompagner les start-ups au quotidien, les challenger, et leur apporter une aide et une écoute à la fois humaine et motivante. claire.maugras@vitagora.com

All About FoodTech : the latest FoodTech news for February

 
We’ve just announced ToasterLAB’s latest cohort (by the way, congratulations to our new recruits: SaveEat, Pleurette, C&Dac, Obione, Biomede, and Max de Génie). So what other Foodtech and Agtech news should be on your radar for this month? What disruptive innovations are emerging throughout the food value chain?
 
Advice for entrepreneurs and startups, Agtech, lab-grown meat, retailtech: here is our selection of web-based news for February…
 

 

Advice to entrepreneurs and startup news

 
No entrepreneur wants to see his company fold. But understanding the reasons for these all too frequent pitfalls could be a way for you to avoid them. “Managing a company is like being a ship's captain. Each day, you need to plot your course, set your sails, check your crew. That's the only way you'll all make it to the next port," explains Oisin Morrin, Managing Director of Tippagral and ToasterLAB mentor. Here are a few other pieces of advice and news gleaned from the internet.

 

Agtech: agriculture that’s more and more “tech”

 
IoT, smart devices, artificial intelligence: contrary to appearances, agriculture is very keen on technology – and especially “high-tech”! Decision-making data, precision agriculture, traceability of products etc, AgTech is giving farmers innovative solutions to optimise their yields, reduce the environmental impact of their crops all the while responding to consumer demands.
 

 

What’s the future for artificial meat?

 
While the meat-free “Impossible Burger” can now claim to also be gluten-free, there is still a large question mark around the production of “in vitro” meat products, especially their potential for industrial production. At what cost? Under what regulatory constraints? And especially… with what degree of consumer acceptance? If science and innovation are progressing with the USA leading the way, the European market seems less ready (for the moment…).
 

 

RetailTech: faster, more sustainable

 
In food retail, we are witness to two innovation approaches: the first favouring user friendliness/speed, and the second responding to environmental stakes. Whether for one or the other, technological applications are emerging… and may even allow the two to find common ground.
 

 

Go deeper

Advice from mentors, sharing experiences with other startups: sign up below to get updates on our articles and the upcoming applications calls for ToasterLAB!

 

 

 
 
By Claire VO.
 
 
ToasterLAB Program Manager, Claire "VO" is in charge of our start-ups' post-acceleration as well as intrapreneurship. After 12 years with Vitagora, Claire's unparalleled knowledge of our network is put to good use while integrating our startups into the food business ecosystem!  E-mail her at: claire.vanoverstraeten@vitagora.com

 

All About FoodTech : the latest FoodTech news for January

 
Last December, the ToasterLAB’s 4th acceleration session got the chance to strut their stuff in front of potential partners and investors at the ToasterLAB Demo Day. And we were proud of how far they’ve come. On the same day, we also found out the winners of the Boomer Challenge, an international food startup contest organised by Vitagora and Mondelez international… Congratulations to Max de Génie, Cérélab and TrooFoods Ltd!
 
Don’t miss out on any of the FoodTech news by catching up on our selection of web articles for this month: anti-waste, connected solutions for farmers, an identikit of a startupper…
 

 

Retail Tech: solutions for improving client experience

 
One in four French people have already tested retail drive-throughs: food e-commerce is clearly developing strongly. Many retail platforms are now diversifying their services to attract more customers: improving purchasing experience, reducing waste, improving access to quality foods etc. Here’s what the web has to say…
 

 

FoodTech: technology on our plates

 
Science has not had the last word in food business: 3D printed food, lab-grown meat, edible crockery… From France to the moon, here’s an overview of the latest food innovations.
 

 

AgTech: the agricultural renaissance

 
Responding to an increasing demand for food all the while reducing reliance on chemicals: this is the challenge faced by agriculture across the planet. Urban agriculture, online platforms, new tools for animal farming… AgTech is at the cutting edge of innovation.
 

 

Agri-Food startup and entrepreneur advice

 
Building a business is no child’s play. Far from the cliché of ramen and endless games of table tennis in the conference room, the identikit of startup founders is quite something else. Find out more about the true face of entrepreneurship, as well as the winners of the Boomer Challenge organised by Vitagora and Mondelez…
 

 

Go deeper

 

Advice from mentors, sharing experiences with other startups: sign up below to get updates on our articles and the upcoming applications calls for ToasterLAB!

 

 

 
 
By Claire VO.
 
 
ToasterLAB Program Manager, Claire "VO" is in charge of our start-ups' post-acceleration as well as intrapreneurship. After 12 years with Vitagora, Claire's unparalleled knowledge of our network is put to good use while integrating our startups into the food business ecosystem!  E-mail her at: claire.vanoverstraeten@vitagora.com

 

Profil de partenaire - MiiMOSA

 

POURQUOI ON LEUR FAIT CONFIANCE

 

Certaines start-ups nous épatent. Et lorsqu’on parle avec elles, ce n’est pas forcément pour rejoindre notre programme d’accélération : c’est peut-être qu’elles ont, elles aussi, beaucoup à nous apporter.  Lancée il y a seulement 3 ans, MiiMOSA comptabilise aujourd’hui 24 salariés et est sans aucun doute passée au stade de la jeune entreprise pérenne. Jeune ? Oui. Mais sérieuse !

 

Son activité ? MiiMOSA est une plateforme de financement participatif. Sa spécificité ? Ce site est exclusivement dédié aux secteurs de l'agriculture et de l'alimentation. Avec 1 500 projets de financement à son actif, dont 76% qui ont atteint leur objectif, un total de 8 millions d’€ collectés, MiiMOSA a fait ses preuves.

 

En septembre 2018, MiiMOSA et ToasterLAB ont signé un partenariat, visant à faire bénéficier aux start-ups accélérées par ToasterLAB d’un accompagnement renforcé de la part de MiiMOSA : webinaire, intervention lors des sessions pour apporter des conseils en financement participatif, etc.

 

 

Là où Miimosa vous aidera

 

  • Financements participatifs : MiiMOSA propose deux types de financements participatifs :

    • Le don avec contrepartie, pour des objectifs de financement situés entre 1 000 et 70 000 € (moyenne à 6 500€)
    • Le prêt rémunéré, pour accompagner des financements plus importants (entre 15 000 et 200 000€), avec un taux d’intérêt variant de 2 à 4%. Une option très pertinente dans le cadre de la recherche de fonds complémentaires pour des créations d’entreprise.
  • Coaching dans le cadre du financement participatif : rédaction de la collecte, mise en image, calibrage du montant et de la durée, choix des contreparties., stratégie de communication du projet…
  • Accompagnement à la communication (Réseaux sociaux, newsletters, etc.) : MiiMOSA bénéficie d’une belle visibilité, relayé à une communauté de plus de 90 000 membres qualifiés, particulièrement intéressés par des projets innovants dans les secteurs agricoles et agroalimentaires, et répartis sur l’ensemble du le territoire français.

 


chez miimosa on le dit (et on le pense)

 

« Nos financements participatifs ne remplaceront pas les banques. Mais ils présentent un triple intérêt : ils apportent un financement complémentaire, permettent une dilution du risque pour les entrepreneurs, et s’accompagnent d’une communication au grand public. »

(Marion Laumonier, Chargée de partenariats chez MiiMOSA)

 

 

A consulter 

 

Site web de Miimosa

Page LinkedIn

 

 

Pour en savoir plus

 

Pour être mis en relation avec MiiMOSA ou pour en savoir plus sur les interventions prévues par MiiMOSA auprès de ToasterLAB en 2019, contactez-moi : claire.vanoverstraeten@vitagora.com.

 

 

 

Par Claire VO

Responsable du programme ToasterLAB, Claire VO est également en charge de la post-accélération de nos start-ups, ainsi que de l'accompagnement des intrapreneurs. Après 12 ans au sein de Vitagora, Claire est véritablement le "cerveau du réseau" et, dans les méandres de notre écosystème, vous aide à y voir plus... clair ! Contactez-la  claire.vanoverstraeten@vitagora.com

Pages

Subscribe to ToasterLAB news
Subscribe to RSS - Business development