From the concept to the market: Biomimetic tells their story

 

 

What exactly is the ToasterLAB acceleration program offering startups? A question we asked Biomimetic, an Avignon-based startup offering solutions for recycling food waste through insect farms, and an alumni of ToasterLAB's second cohort.

 

Damien Sabatier, CEO and founder of Biomimetic, replies: "Before ToasterLAB, we had the tech and the idea for a project. Three months later, thanks to ToasterLAB, we had gathered several major food businesses as clients and we were able to set up pilot plants throughout France."

 

How did they get from the concept to the market? Let's take a look back at Biomimetic's acceleration journey with ToasterLAB...

 

An innovative and intriguing concept...

Biomimetic's concept is simple: "reusing - transforming - creating". Exploiting organic waste products from food manufacturing or agriculture, transforming them on site into two products - insect larvae and manure - for animal feed, petfood and aquaculture feed. In other words, it is a local level solution for recycling bio-waste, using a profitable model of circular economy in action.

 

Profitable, you say? Yes, indeed! This is now this innovative and environmentally friendly solution is able to convince the number crunchers: instead of spending money to collect and take away their organic waste, a company is now able to recycle and create value from this waste - at up to 250€ of revenue per tonne of waste products (instead of spending on average 60€ per tonne for waste collection of products such as fruit and vegetables).  

 

"We estimate that our equipment easily pays for itself within two to three years. That's a really short term ROI for a company," explains Damien.

 

… that still needs to be sellable!

However, even if the concept and the tech are on point, Damien and his team found it diffucult to attack their market (although not for lack of motivation).

 

"At the beginning of 2017, I had just finished prototyping and I was starting to think about now to sell our concept," he remembers. "But I was soon faced with my lack of knowledge in sales and marketing. It was with the goal of getting access to our markets that we joined ToasterLAB... and began our acceleration in September 2017."

 

During the three months of the intensive acceleration phase, Damien received expert advice and support to define his business model.

 

"The ToasterLAB team put us in contact with potential clients. By getting firsthand feedback, their needs and comments, we adapted our offer: what was missing from our model was a service offer to help with the implementation of our solution."

 

"We had the answer to 'how much will it cost?' and 'what will it bring you?'... but not to 'how does it work?'. We added the aspects of custom building and adapting final products to our clients' target markets, training operators, scaling up projects as you go along and so on. Today we are confident in a business model that we co-built with our clients, thanks to ToasterLAB." 

 

first clients in an advisory role

Only a few months after beginning their acceleration, a number of large food companies throughout France had joined Biomimetic's client list. Very soon a number of pilot plants were installed, for example with Dijon Céréales, a ToasterLAB founding member and partner of Vitagora.

 

"After taking two months to construct the units, Dijon Céréales set up our equipment in September 2018 for an initial phase with five pilot plants on three sites, including a farm and the Aiserey organic flour mill in the Burgundy-Franche-Comté region."

 

"The first feedback was very satisfactory," explains Damien. "We are already imagining Dijon Céréales as a real partner for setting up our business in Burgundy-Franche-Comté. They are an excellent ambassador and they are helping us to find our place within the industry sector."

 

go further

If Biomimetic's success story sounds right up your alley, you too can get the help you need to go from concept to market. Feel free to contact me,  claire.vanoverstraeten@vitagora.com, to find out how the ToasterLAB team, mentors and partners can contribute to making your own startup story a real world success!

 

 

By Claire VO

ToasterLAB Program Manager, Claire "VO" is in charge of our start-ups' post-acceleration as well as intrapreneurship. After 12 years with Vitagora, Claire's unparalleled knowledge of our network is put to good use while integrating our startups into the food business ecosystem!  E-mail her at: claire.vanoverstraeten@vitagora.com

Du concept au marché : Biomimetic raconte

 

 

Qu’apporte concrètement notre programme d’accélération ToasterLAB aux start-ups ? C’est la question que nous avons posée à Biomimetic, une start-up localisée à Avignon et proposant des solutions de valorisation de bio-déchets grâce à la production de masse d'insectes, que nous avons accompagnée dans le cadre de notre 2e promo.

 

La réponse de Damien Sabatier, son fondateur et CEO : « avant ToasterLAB, nous avions la technologie et l’idée du projet. Trois mois plus tard, grâce à ToasterLAB, nous avons recueilli des clients parmi des grands comptes de l’agroalimentaire, et avons mis en place plusieurs pilotes industriels à travers la France. »

 

Comment passer du concept au marché ? Retour sur la success story de Biomimetic et son accompagnement par le programme ToasterLAB.

 

un concept innovant et seduisant...

Le concept de Biomimetic est simple – mais il fallait y penser : « reuse – transform – create ». Exploiter les déchets organiques produits par l’agroalimentaire ou l’agriculture, en les transformant directement sur site en deux produits : des larves et du fumier d’insectes, à destination de marchés tels que l’alimentation animale, le petfood (NAC), ou les produits de pêche. En d’autres termes, il s’agit d’une solution de proximité pour la valorisation de bio-déchets, selon un modèle économique circulaire et rentable.

 

Rentable ? Hé oui ! C’est là que ce concept, non seulement innovant et écologique, devient séduisant sur le plan économique : au lieu de dépenser de l’argent auprès des collecteurs pour récolter des déchets organiques, une entreprise se donne la possibilité de valoriser ses biodéchets – à hauteur de 250€ de CA par tonne de déchets générés (au lieu d’une dépense de 60€ en moyenne la tonne pour une collecte traditionnelle de déchets type fruits/légumes bruts).

 

« On estime que le ROI de l’installation de notre équipement est obtenu au bout de 2 à 3 ans. C’est une rentabilité quasi immédiate pour une entreprise », précise Damien.

 

… mais qui a besoin d’être (bien) vendable !

Pour autant, si le concept et la technologie sont bien rodés, difficile pour Damien et son équipe (pourtant bien motivés) d’attaquer le marché.

« Au début de l’été 2017, je venais de finir la phase de prototypage et commençais à réfléchir au développement commercial du concept », se rappelle Damien. « Mais j’ai vite été rattrapé par mon manque de compétences en développement commercial et marketing. C’est donc pour des fins d’accès au marché que j’ai candidaté à ToasterLAB… et que j’ai été retenu pour un début d’aventure en septembre 2017. »

Pendant les trois mois de son accélération intensive, Damien a été accompagné sur la définition de son modèle d’affaires.

 

« L’équipe de ToasterLAB nous a mis en relation avec des clients potentiels. En me confrontant à la réalité du terrain, à leurs attentes et à leurs commentaires directs, nous avons fait évoluer notre offre : ce qu’il manquait à notre modèle, c’était l’injonction d’un panel de services pour accompagner la mise en œuvre et le suivi de notre solution. »

 

« Nous avions la réponse à ‘combien ça coûte’ et à ‘combien ça va rapporter’… mais pas à ‘comment ça marche’. Conception à la carte et adaptation de la recette des produits finis aux marchés visés par l’entreprise, formation des opérateurs, redimensionnement du projet au fur et à mesure, etc. : aujourd’hui, nous pouvons affirmer que notre business model a été co-construit avec nos clients, grâce à ToasterLAB. »

 

Le rôle essentiel de prescripteur des premiers clients

Dès lors, et seulement quelques mois après le début de leur accompagnement, des grands comptes de l’industrie agroalimentaire situés dans toute la France ont rejoint le portefeuille clients de Biomimetic. Rapidement, plusieurs pilotes industriels se mettent en place, notamment chez Dijon Céréales, membre fondateur de ToasterLAB et adhérent historique de Vitagora.

 

« Après les deux mois de délais nécessaires pour fabriquer les unités, Dijon Céréales a été équipé en septembre 2018 pour une première phase avec 5 unités pilote, déployées sur 3 sites, l’un au sein d’une exploitation agricole – et deux autres unités sont installées, au siège et au sein du moulin bio d’Aiserey. »

 

« Les premiers retours sont très satisfaisants », explique Damien. « Nous imaginons déjà faire de Dijon Céréales un vrai partenaire pour assoir notre implantation en Bourgogne-Franche-Comté : c’est un excellent relais, qui souhaite aller au bout de sa démarche, et qui nous permet d’intégrer l’ensemble de la filière. »

 

Pour aller plus loin

Si la success story de Biomimetic vous parle, si vous aussi, vous souhaitez passer du concept au marché, n’hésitez pas : contactez-moi sur claire.vanoverstraeten@vitagora.com pour savoir comment nous rejoindre et ce que notre équipe, nos mentors et partenaires peuvent apporter au développement de votre start-up !

 

 

 

Par Claire VO

Responsable du programme ToasterLAB, Claire VO est également en charge de la post-accélération de nos start-ups, ainsi que de l'accompagnement des intrapreneurs. Après 12 ans au sein de Vitagora, Claire est véritablement le "cerveau du réseau" et, dans les méandres de notre écosystème, vous aide à y voir plus... clair ! Contactez-la  claire.vanoverstraeten@vitagora.com

All About FoodTech : the latest FoodTech news for November

 
We are freshly back from the SIAL, the worlds biggest food trade show, and the startups of ToasterLAB’s 4th cohort are preparing for our Demo Day on December 11th in Paris. 
Don’t miss out on any of the FoodTech news by catching up on our selection of web articles for this month: FoodTech investments, future food, connected fields…
 
 

FoodTech: all about  investments

 

A FoodTech startup is created everyday in Europe! SIAL 2018 was the occasion chosen by DigitalFoodLab to reveal their latest report on “FoodTech, an opportunity for Europe’, in partnership with Vitagora, Sopexa, Eutopia and the Paris Chamber of Commerce. With this overview of European investments in the FoodTech sector, we find answers to questions such as “Who is investing, and where? What sectors are booming? Also on the web, the opinion of Christophe Breuillet, Vitagora’s director, on the essential role of FoodScience for the competitivity of France’s food sector.
 
 
 

Foodscience: science at your table

 
From lab-grown meat to printed vegetable steaks, scientists are disrupting food in order to craft responses to new consumer expectations. From Singapore to Israel, this month, take a world tour of food innovation direct from the laboratory.
 
 
 

AgTech: startups at the forefront of the green revolution

 
How to reconcile the race to increase agricultural yields with sustainable practices? Many startups in the world are focusing on this problem. Drones, intelligent weed-eating robots, hydroponics… many fascinating, and promising, innovations await us.

 

 

Advice to Food entrepreneurs and startups

 
Successfully launching a business is a not more that just having a great idea. You need to convince investors that your idea has got great potential. To test your idea with knowledgeable industry people, why not take part in a pitch contest? For example, the Boomer Challenge, organised by Vitagora and Mondelez International, is looking for exciting food ideas for the the markets of healthy seniors. You can apply until November 23rd, and be in to win cash prizes, a trip to Paris to pitch to business leaders and investors, and professional acceleration support.
 
 
 

Go deeper

 

Advice from mentors, sharing experiences with other startups: sign up below to get updates on our articles and the upcoming applications calls for ToasterLAB!

 

Our previous 'All About FoodTech' bulletins:

 
 
By Claire VO.
 
 
ToasterLAB Program Manager, Claire "VO" is in charge of our start-ups' post-acceleration as well as intrapreneurship. After 12 years with Vitagora, Claire's unparalleled knowledge of our network is put to good use while integrating our startups into the food business ecosystem!  E-mail her at: claire.vanoverstraeten@vitagora.com

 

All About FoodTech : the latest FoodTech news for October

 
We are having an Indian summer here in France for the 4th cohort of ToasterLAB. Our new batch of startups are taking stock with the help of their mentors and experts. And the sun is also shining on our previous cohorts who have given us great feedback on what they have achieved since their acceleration. To give them, and you, a bit of food for thought, here is our latest bulletin of FoodTech and AgTech web-based news.
 
 

Retail tech: traditional retail challenged by e-commerce players

 

Supermarkets and organic farming cooperatives have something in common: their distribution model is being disrupted by e-commerce players. Amazon and the newcomer, Aurore Market, have grasped that consumer purchasing expectations are changing and they appreciate the added flexibility of e-commerce. Other lunchtime food for thought: Sodebo innovates with its FREEGO connected vending machines.
 
 
 

AgTech: moving towards low-impact agriculture around the world

 
A retail giant is jumping into urban agriculture. City-based farms are clearly a hot topic at the moment with players from throughout the food value chain. Other news in AgTech – Africa is set to lead the race towards sustainable agriculture, “tailor-made” microbes to replace chemical fertilizers, and the French state promises to invest in the “post-glyphosate” future.
 
 
 

Future food factories: traceability from the field to the supermarket

 
An international report is predicting huge growth from blockchain markets. Traceability is becoming more than ever a building block of food business. Sourcing of primary products, product life cycles, animal welfare… producers and retailers are investing strongly in the reorganisation of their supply chain.

 

 

Advice to Food entrepreneurs and startups

 
The new cohort of ToasterLAB already has its first acceleration sessions under its belt. The time is now right to meet the mentors and experts that will offer them their valuable advice. Between two sessions, here are a few ideas for further reflection.
 
 
 

Go deeper

 

Advice from mentors, sharing experiences with other startups: sign up below to get updates on our articles and the upcoming applications calls for ToasterLAB!

 

Our previous 'All About FoodTech' bulletins:

 
 
By Claire VO.
 
 
ToasterLAB Program Manager, Claire "VO" is in charge of our start-ups' post-acceleration as well as intrapreneurship. After 12 years with Vitagora, Claire's unparalleled knowledge of our network is put to good use while integrating our startups into the food business ecosystem!  E-mail her at: claire.vanoverstraeten@vitagora.com

 

Feedback: can an old dog learn new tricks?

 

Atelier du Fruit is an innovative food SME, member of Vitagora since 2014, working on natural and clean label processing techniques to optimise flavours of fruit-based food products. Founded in 2012 by Alain Etiévant (who has a 30-year career, including 10 years working for Frutarom), Atelier du Fruit took part in the third cohort of ToasterLAB's acceleration program beginning last spring.

But, hey, you say, what's an SME doing in a startup program? What does an entrepreneur with decades of experience under his belt get out of this type of program? And what were the results? Well, keep reading for the feedback from Clémence Carbonnel, R&D project manager for Atelier du Fruit who shows us that all business founders, even old dogs (sorry, Alain ;) ), can learn new tricks and learn a lot from an acceleration program.

 

why apply? a key stage in the road towards industrialisation

Clémence Carbonnel, Atelier du Fruit : "Since our creation in 2012, we have been a R&D-based company (which we will continue to be as that is where our DNA and our passion truely lies). But, so that our clients are able to use our enzyme and fermentation-based solutions, we were also going to begin selling the same enzymes and cultures that we use in our laboratory. We wanted to move up to an industrial scale reproduction of what we do in our laboratory, effectively and efficiently. In order to pivot in this way, we needed help, and the ToasterLAB program seemed just what we were looking for."

 

"out of our comfort zone": what an SME can do in an acceleration program

Clémence Carbonnel, Atelier du Fruit : "First of all, it was intense! For 3 months, every Thursday, we got together with the rest of the cohort to go over a new topic: business model, business plan, innovation, industrialisation, marketing, HR management, sales... The experts gave explanations on the various topics and how to address them in our company, fellow entrepreneurs gave their feedback, and we talked one-on-one with them. And each week, we went well and truly out of our comfort zone and were challenged continually. Even on subjects that we thought we had a good handle on! During each session, we learned a huge amount and made huge strides forward.

 

The program requires a lot of investment, which is of course not easy when you are running a company. But the ToasterLAB team and the mentors were behind us throughout the program and helped us stay the course, prioritise and move forward."

 

Immediate results: development strategy, network...

Clémence Carbonnel, Atelier du Fruit : "Thanks to ToasterLAB, we were able to clearly define our business model, to tackle regulatory questions more confidently, and to refine our financial and sales strategies. And we are still doing so, as we didn't have the time to do everything during the program: with the help of experts, we are restructuring our team and reorganising our activity. So that the team is both more efficient and happier in their work, so that everyone gets job satisfaction while also satisfying our clients and developing the business. We are also going to start our international development. 


ToasterLAB also allowed us to build up a great network: with the other startups of our cohort, but also the mentors and experts that we met and with whom we are developing exciting innovation projects!"

 

 

go further

To find out more if our acceleration program is right for you, whether you are an SME or a startup, contact us: claire.vanoverstraeten@vitagora.com.

 

 

 

By Claire VO

ToasterLAB Program Manager, Claire "VO" is in charge of our start-ups' post-acceleration as well as intrapreneurship. After 12 years with Vitagora, Claire's unparalleled knowledge of our network is put to good use while integrating our startups into the food business ecosystem!  E-mail her at: claire.vanoverstraeten@vitagora.com

Témoignage : un (programme d’accélération) pour tous… et tous pour un

 

Atelier du Fruit est une PME innovante dans l’agroalimentaire, membre de Vitagora depuis 2014, travaillant sur des processus naturels et « clean label » pour optimiser les arômes des produits alimentaires à base de fruits. Fondée en 2012 par Alain Etievant, qui possède plus de 10 ans d’expérience au sein de Frutarom, cette PME a suivi notre programme d’accélération FoodTech au printemps dernier.

Je vois d’ici votre interrogation : c’est-à-dire que les programmes d’accélération seraient tout aussi adaptés aux PME qu’aux start-ups ? Quel intérêt pour une PME dont le fondateur bénéficie de plusieurs dizaines d’années d’expérience (rien que ça !) de participer à notre programme ? Et pour quels résultats ? Voici le témoignage de Clémence Carbonnel, chargée de projet R&D à Atelier du Fruit (source) qui prouve que tous les entrepreneurs, même expérimentés, peuvent tirer bénéfice de notre programme d’accélération pour pousser plus loin leur développement.

Témoignage rédigé par Atelier du Fruit et publié sur : https://www.atelierdufruit.fr/toasterlab/. Merci pour ce témoignage qui nous va droit au cœur (et en plus, on ne le leur avait pas commandé).

 

Pourquoi participer ? Le moment-clé du passage à l’industrialisation

Clémence Carbonnel, Atelier du Fruit : « Depuis notre création en 2012, nous sommes une société de R&D (et nous continuerons de l’être car c’est notre essence, notre passion, ce qui nous fait vibrer !). Après avoir beaucoup cherché, nous avons trouvé ! Et pour que nos clients puissent mettre en place nos solutions enzymatiques et fermentaires, nous souhaitions les accompagner en leur proposant les enzymes et les ferments que nous utilisons en laboratoire. Pour pouvoir reproduire de manière fiable et spécifique nos solutions laboratoires à l’échelle industrielle. Pour faire ce « virage » nous avions besoin d’aide, et le programme ToasterLab nous a semblé parfaitement adapté à ce besoin. »

 

« Sortir de sa zone de confort » : ce que fait concrètement une PME dans un programme d’accélération

Clémence Carbonnel, Atelier du Fruit : « Tout d’abord, le rythme est intense ! Pendant 3 mois, chaque jeudi, nous retrouvons notre promotion pour aborder un thème nouveau : le business model, le business plan, l’innovation, l’industrialisation, le marketing, la gestion des ressources humaines, la commercialisation, … Des experts viennent nous expliquer les différentes thématiques et comment les aborder, des entrepreneurs viennent raconter leur expérience, et nous échangeons individuellement avec eux. Et chaque semaine, nous sortons de notre zone de confort, nous sommes challengés et remis en question, même sur les sujets que nous pensions parfaitement maîtriser. A chaque session, nous apprenons énormément. A chaque session, nous avançons dans notre projet.
Le programme est très intense et demande du temps et de l’investissement, ce qui n’est pas toujours aisé quand on doit gérer une entreprise. Mais l’équipe ToasterLab et des mentors entrepreneurs nous encadrent et nous guident tout à long du programme. Ceci nous permet de garder un cap, de prioriser les actions, d’avancer efficacement. »

 

Des résultats immédiats : stratégie de développement, réseau

Clémence Carbonnel, Atelier du Fruit : « Grâce à ToasterLab nous avons pu définir clairement notre business model, nous conforter sur des notions de réglementation, mettre au point notre stratégie financière et notre stratégie commerciale. Et nous continuons, car nous n’avons bien sûr pas le temps de tout mettre en place pendant le programme : avec l’aide d’un expert, nous restructurons notre équipe et de nous nous réorganisons ; pour que l’équipe soit à la fois épanouie et efficace, que chacun puisse s’accomplir tout en satisfaisant nos clients et en développant l’entreprise. Nous allons aussi entamer des actions pour nous développer à l’international.


ToasterLab nous a aussi permis de construire un beau réseau : avec les start-ups de notre promo, mais aussi avec les mentors et experts que nous avons pu rencontrer, et avec qui nous comptons développer de beaux projets, innovants bien sûr ! »

 

Pour aller plus loin

Pour bénéficier vous aussi des conseils de notre accompagnement, que vous soyez PME ou start-up, deux solutions : vous abonner à notre newsletter mensuelle, ou nous rejoindre ! Pour en savoir plus, contactez-moi : claire.vanoverstraeten@vitagora.com.

 

 

 

Par Claire VO

Responsable du programme ToasterLAB, Claire VO est également en charge de la post-accélération de nos start-ups, ainsi que de l'accompagnement des intrapreneurs. Après 12 ans au sein de Vitagora, Claire est véritablement le "cerveau du réseau" et, dans les méandres de notre écosystème, vous aide à y voir plus... clair ! Contactez-la  claire.vanoverstraeten@vitagora.com

L’international ? Jamais trop tôt pour y penser !

Alors que la population mondiale explose et que les ressources s’amenuisent, les professionnels de l’alimentaire à travers le monde sont à la recherche de technologies pouvant modifier notre façon de produire, de distribuer, et de consommer. Ce constat joue un rôle clé dans l’internationalisation de votre start-up (et dans sa rapidité). ToasterLAB s’est associé à Food Tech Matters, l’événement international de la FoodTech qui se tiendra à Londres le 21 novembre prochain, pour proposer aux start-ups du secteur une vitrine de valorisation devant des investisseurs  - car il n’est jamais trop tôt pour penser international !

 

Depuis quelques années, les professionnels de l’agroalimentaire à travers le monde cherchent à répondre différemment aux exigences des consommateurs, à la recherche d’une alimentation plus naturelle, plus durable, et plus saine. Partout dans le monde, des start-ups imposent, avec l’agilité qui les caractérisent, un rythme soutenu en innovation de rupture dans l’agroalimentaire. Des imprimantes 3D alimentaires à la viande de laboratoire, en passant par les fermes verticales, leurs technologies innovantes pourraient résoudre les défis attendus par les générations futures.

 

Au sein de l’écosystème de ToasterLAB, nous remarquons un intérêt grandissant des investisseurs et des grands groupes de l’agroalimentaire, soucieux de participer à la course effrénée (et internationale) de la FoodTech, envers ces innovations. Attirées vers ces partenaires pour une accélération de leur développement à l’international, les start-ups ont beaucoup à gagner de cet intérêt.

 

 

LA TECHNOLOGIE AU MICROSCOPE…

 

Le premier intérêt semble être sur les technologies permettant aux consommateurs d’accéder à une alimentation bonne au goût et à la santé, et à un bon prix. En parallèle, on constate aussi un fort intérêt pour retrouver la confiance des consommateurs, par la transparence, l’efficacité de l’exploitation des ressources en production et supply chain. Cet intérêt façonne un environnement fertile pour les start-ups qui ajouter la « tech » à la « food », afin d’accéder à l’international avec l’aide de partenaires et d’investisseurs stratégiques.

 

« Depuis 2013, le nombre d’investisseurs qui prennent part au secteur agroalimentaire a plus que triplé. Les grandes entreprises multiplient leurs initiatives et les fonds d’amorçage destinés aux start-ups », m’explique Briony Mansell-Lewis, directeur de Food Tech Matters.

 

En plus de cela, l’intérêt se porte de plus en plus sur des start-ups « early stages » ou semi-matures. « Alors que des start-ups emblématiques de la FoodTech comme Beyond Meat génèrent de la visibilité et de l’intérêt global pour ce secteur, les fortes valorisations poussent les groupes agroalimentaires et les fonds d’investissement à  se tourner vers de plus petits investissements dans de jeunes start-ups », détaille Briony Mansell-Lewis.

 

 

 

QUAND LE TEMPS PRESSE

 

il y a beaucoup à gagner dans un partenariat avec un grand groupe de l’agroalimentaire ou un fonds d’investissement : accéder à des marchés émergents en forte croissance, à des plateformes de distribution, à des forces de vente… Plus l’accès au marché est facile, plus le time-to-market est crucial… et plus il devient indispensable de s’intéresser à ces ressources offertes par ces gros partenaires, avant de se laisser rattraper par des concurrents !

 

Bien entendu, les premières étapes consistent à capter des opportunités de visibilité. « Nous avons créé Food Tech Matters dans l’objectif de faciliter les connexions entre ces start-ups innovantes du secteur alimentaire, les grands groupes et les investisseurs », explique Briony Mansell-Lewis.

 

« Etant donné l’intérêt actuel pour la « tech », nous offrons une vitrine aux innovations de ces domaines spécifiques :

  • La modification génétique, l’impression 3D, la nutrition personnalisée ;
  • L’intelligence artificielle et ses applications dans la production, la transparence, la réduction du gaspillage ;
  • Les protéines durables et alternatives à la viande ;
  • Les nutraceutiques innovants pour développer de nouveaux produits et offrant des solutions au gaspillage alimentaire. »

 

« Ces technologies sont une promesse pour un futur durable et une meilleure nutrition pour tous  L’objectif est de leur faciliter le passage à l’échelle », conclut-elle.

 

 

POUR ALLER PLUS LOIN

 

Si vous voulez miser sur le développement international pour la croissance de votre start-up et que vous recherchez des opportunités de rencontres avec vos futurs partenaires, rejoignez ToasterLAB et prenez part à Food Tech Matters, le 21 novembre 2018 à Londres.

 

Contactez Claire Van Overstraeten pour plus de détails et pour bénéficier de tarifs réduits (options de visibilité pour les start-ups à partir de £250 (environ 280€) : claire.vanoverstraeten@vitagora.com, 03 80 78 97 93.

Attention : les tarifs préférentiels s’achèvent le 5 octobre 2018.

 

 

Food Tech Matters est un événement international à Londres, qui inclut des pitchs d’entreprises et d’investisseurs, des ateliers autour des nouvelles technologie, des rendez-vous d’affaires entre investisseurs/grands groupes et start-ups, et le Food Tech Lab, une opportunité de visibilité unique pour les start-ups de la FoodTech du monde entier.

 

Entrepreneurs, grandes entreprises, start-ups… Offrez-vous cette opportunité unique de rencontrer vos futurs partenaires (industriels, mentors, investisseurs, experts en nutrition, institutionnels, etc.).

 

Plusieurs start-ups ont déjà confirmé leur présence : Natural Machines (Espagne), à l’origine de la première imprimante 3D alimentaire, Higher Steaks (UK) qui travaille sur une « viande » de laboratoire, Winnow (réduction du gaspillage alimentaire), Magellan Life Sciences (Inde – protéines alternatives), Mimica Lab, etc.

Du côté des grandes entreprises et des investisseurs, sont annoncés : Nestec, Five Seasons Venture, Distill Ventures, Sweden FoodTech, , Forward Fooding, ANJA GmbH, Nestle, Diageo Sluys International and Mathys & Squire, etc.

 

Grâce à Co:cubed, participez à des rendez-vous d’affaires de 30 minutes entre start-ups et grandes entreprises, sur des thèmes « FoodTech » tels que la nutrition personnalisée, le microbiote, etc.

 

Contact :

 

Claire van Overstraeten, ToasterLAB : claire.vanoverstraeten@vitagora.com, +33 3 80 78 97 93

Tarifs avantageux pour start-ups à partir de £250 (environ 280€)

https://www.foodtechmatters.com

It’s not too early for your start-up to think international
 
As the global population expands and resources dwindle, international food businesses are looking to technology to change the way we produce, deliver and consume food. And this can be the key to fast-track internationalization for your startup. ToasterLAB has partnered with Food Tech Matters, in London on November 21st, to offer FoodTech startups a showcase before corporate investors and VCs as it’s not too early to think international.
 

The last few years have seen a sea change in how global food business is seeking to respond to changing consumer demands for healthier natural and more sustainable food. Nimble entrepreneurs around the world have leveraged their agility to set the pace in transformational food innovation. From 3D printed food to lab-grown meat and vertical farming, their disruptive technologies could help solve the challenges faced by future generations.
 
Within the ToasterLAB ecosystem, we have seen more and more interest from global food and drink corporates and investors, who are keen to be part of the fast-paced global food tech scene. With the lure of accelerating their international development, startups have a lot to gain from leveraging this interest.
 
 

Technology under the microscope

 
A major corporate focus appears to be on technologies that deliver better food and nutrition at the right price for the consumer, as well as trust, transparency and resource-efficiency in production processes and supply chains. This is providing a fertile environment for startups putting the “tech” into FoodTech to get their business on to a global platform with the help of strategic partnerships or investments.
 
“Since 2013, the number of investors participating in the food and beverage sector has more than tripled. Corporations are multiplying their startup initiatives and venture funds,” Briony Mansell-Lewis, director of Food Tech Matters, tells me. 
 
In addition, the focus is more and more on early to mid-mature startup projects. “As FoodTech flagship startups like Beyond Meat create more visibility and interest for the sector, higher valuations are pushing food corporations and VCs towards making smaller investments in younger startups,” says Briony Mansell-Lewis.
 
 

Time is of the essence

 
Getting access to high-growth emerging economies, distribution platforms, marketing clout… there is a lot to gain from partnering with a big food business player or a VC. The lower the entry barrier to your markets and the more time-sensitive your go-to-market, the more interest you could have in getting access to those resources proffered by big business partners, before your competitors catch up.
 
The obvious first step starts with looking for opportunities to get noticed. “We created Food Tech Matters, with the aim of facilitating connections between these innovative food tech start-ups, and corporates and investors,” explains Briony Mansell-Lewis. 
 
“Given the current tech interest, we are showcasing innovations in the areas of gene editing, 3D printing and personalised nutrition; sustainable packaging, artificial intelligence's potential for improving efficiency, transparency and reducing waste; viable protein alternatives to meat; innovative nutraceuticals driving product development and food waste solutions.”
 
“Ultimately, the aim is to make it easier to scale up the newest technologies which promise to help deliver a sustainable and nutritious future for all,” she concludes.
 
 

Go further

 
If you are know that international development is key to your FoodTech startup’s growth, and you are looking for opportunities for business connections, join ToasterLAB in taking part in Food Tech Matters, November 21st, 2018 in London.
 
Contact Claire van Overstraeten for more details and reduced registration rates (showcase prices for startups from as little as £250): claire.vanoverstraeten@vitagora.com, +33 3 80 78 97 93
Earlybird prices end October 5th, 2018.
 
 
 
Food Tech Matters is a one-day event in London that will include corporate and investor pitches, new technology workshops and the Food Tech Lab, a platform to showcase leading international start-ups. 
It offers an unmissable opportunity for entrepreneurs looking for help to bring their products to the mass market to get an audience with established food brands, financiers, mentors, business partners, nutrition experts and government and trade agencies.  
 
Among start-ups already signed up are Spanish company Natural Machines, which created the first 3D food printer, Higher Steaks, the first UK company working on lab-grown "clean meat", Winnow, which developed smart tech to help chefs reduce food waste, Indian firm Magellan Life Sciences which has developed a sweet-tasting protein that can be used as a sugar alternative and Mimica Lab, which has produced a bio-reactive food expiry label.
 
Co:cubed, an agency which specialises in corporate-start-up collaboration, will host a free speed-dating style matchmaking service, where corporates meet five start-ups in 30 minutes, in sessions based on food tech themes like personalised nutrition and the human microbiome. 
 
A growing number of international organisations and corporates are involved in the event including Nestec, Five Seasons Venture, Distill Ventures, Sweden FoodTech, ToasterLAB from Vitagora, The Italian Chamber of Commerce, Forward Fooding,  ANJA GmbH, Nestle, Diageo Sluys International and Mathys & Squire to name a few.
 
 
Contact
 
Claire van Overstraeten, ToasterLAB : claire.vanoverstraeten@vitagora.com, +33 3 80 78 97 93
Special rates for startups from as little as £250.
All About FoodTech : the latest FoodTech news for September

 
Seven new startups have joined the ranks of ToasterLAB (find out more here). To get back in the working rhythm, there’s nothing like a reading a round-up of what you missed over the summer. The impact of new technologies on food behaviours, AgTech advances, advice to entre/intra-preneurs… Here is our selection of September's essential news for FoodTech devotees.
 
 

Technology and the future of food consumers

 

With a projected 21.5 billion connected objects by 2025 by the firm IoT Analytics (read the article below), there is no doubt that how we consume is undergoing radical change. What is at stake for food products? Robotisation, E-commerce, M-commerce (purchases via mobile phone), apps for diet and nutritional advice : there is a lot of scope for opportunity in a fast-moving environment of food and retail:
 
 

AgTech: a necessary reflection on a complex problem…

 
While some are convinced that the future of agriculture depends on respecting the natural order of the ecosystem and its resources, such as using an agroecological approach, others are banking on laboratory techniques that promise better returns. Two largely conflicting visions that deserve a nuanced response.
 

 

Advice to Food entrepreneurs and startups

 
The new cohort of ToasterLAB is about to begin its bootcamp (find out here all those who made the cut ), in search of the right guidance and tools to develop their businesses. While nothing beats a face-to-face talk with mentors or experts, the web is still a fountain of great advice – here are a few choice morsels:
 
 

Go deeper

 

Advice from mentors, sharing experiences with other startups: sign up below to get updates on our articles and the upcoming applications calls for ToasterLAB!

 

Our previous 'All About FoodTech' bulletins:

 
 
By Claire VO.
 
 
ToasterLAB Program Manager, Claire "VO" is in charge of our start-ups' post-acceleration as well as intrapreneurship. After 12 years with Vitagora, Claire's unparalleled knowledge of our network is put to good use while integrating our startups into the food business ecosystem!  E-mail her at: claire.vanoverstraeten@vitagora.com

 

J’ai testé 'le test conso' pour vous
 
 
Dans la liste des incontournables pour évaluer la viabilité et le potentiel d’une start-up, la POC se situe en bonne position. On ne parle pas des « pokes » qui permettait il y a quelques années (jeunes trentenaires, rappelez-vous) d’interpeller un ami sur Facebook. On parle ici de la fameuse « Proof of Concept », ou « preuve de concept » dans la langue de Molière.
 
Les Fruits de terre, start-up accompagnée dans le cadre de la 2e promo de ToasterLAB et proposant des alternatives protéiques à base de farine d’insectes, y est allée au frontal : son POC vient directement des avis de client. Pourquoi ? Comment ? Et pour quels résultats ? Voici le témoignage de Charlotte Allix, co-fondatrice de Fruits de terre.
 
 

Pourquoi la POC est-elle primordiale ?

 
Selon le média en ligne 1001 startups, 47% des échecs des startups seraient dû à l’absence de marché pour le produit ou service proposé. En d’autres termes, votre innovation peut vous sembler incroyable, il s’agit, peut-être, de ce que l’on appelle une « fausse bonne idée » ne trouvant tout simplement pas de marché.
 
Or, qui dit « pas-de-marché » dit « pas-de-clients ». Et qui dit « pas-de-clients » dit également « pas-de-financeurs-prêts-à-prendre-des-risques-à-vos-côtés »… Ce qui serait embêtant, on vous l’accorde.
 
La POC vient apporter la preuve que votre idée (qu’elle soit brillante ou même banale) recueille l’adhésion de futurs consommateurs. Charlotte Allix, co-fondatrice de la start-up Les Fruits de terre, le confirme : « apporter une preuve que notre concept est le bon est essentiel pour avancer avec nos investisseurs. Il s’agit d’aller au-delà des pures hypothèses de départ, pour les rassurer et leur permettre de s’engager avec nous. »
 
 

Les Fruits de terre : activité réorientée pour cause de POC   

 
Au démarrage de leur activité en 2017, les Fruits de terre produisaient des steaks à base de farine d’insectes. C’est en réalisant un pivot sur leur activité qu’ils ont pu accéder plus facilement à des preuves de concept.
 
« Au sein de ToasterLAB, que nous avons rejoint en septembre 2017, nos mentors et Claire nous incitaient à porter notre marque plus loin de manière à aller jusqu’à familiariser les consommateurs avec notre concept. En vendant en direct, par exemple avec un food-truck, nous pourrions nous rendre visibles, expliquer notre démarche, mais également obtenir des retours directs de clients. »
 
C’est ainsi que leur activité a pivoté par rapport à l’idée de départ : allant au-delà de la production de steaks, les Fruits de terre se sont tournés vers la restauration hors foyer. « Pas de food-truck en revanche », précise Charlotte. « En mars 2018, nous avons rejoint le food-court La Commune situé dans le 7e arrondissement de Lyon. Pendant trois mois, nous avons loué une échoppe (cuisine + comptoir de vente aux consommateurs) dans un espace convivial et contemporain, dédié aux expériences culinaires pour le grand public. »
 
Charlotte résume : « Notre présence au sein de La Commune nous a été très profitable pour évaluer notre POC. Sur place, nous avions toujours une personne de l’équipe disponible pour échanger avec nos clients, présenter notre concept mais également recueillir leurs commentaires.  Grâce à cette activité de restauration, nous avons obtenu des avis directs des consommateurs sur nos produits. »
 
 

Quels résultats ?

 
« Nous sommes preneurs de commentaires positifs mais aussi négatifs », explique Charlotte. « Après ces trois mois au sein de La Commune, nous sommes aujourd’hui en mesure d’identifier le plat qui marche le mieux et également celui qui marche le moins – et de comprendre pourquoi ! ».
 
Les tartines, proposées le midi, ont recueilli peu d’engouement, à l’heure où les clients recherchent un plat rapide à choisir et à manger, connu et familier. Face à cela, les planches apéritives, plutôt consommées en fin de journée (afterworks, apéritifs…) se sont distinguées comme le plat le plus populaire, particulièrement adapté à ce moment de détente, d’échanges, et de découvertes culinaires.
 
« En trois mois, plus de 4 000 clients sont venus chez nous. Cela nous a d’ores et déjà permis d’adapter notre offre, en faisant évoluer nos menus (ajout d’une formule « enfants » par exemple) ou en révisant les recettes de nos steaks (nous sommes actuellement en test avec d’autres espèces d’insectes, qui apportent un goût différent aux produits) », précise Charlotte.
 
« Sur 4000 clients en seulement trois mois, la POC est là !... et la visibilité en plus », conclut-elle.
 
 

Pour en savoir plus

 
Pour bénéficier vous aussi des conseils de nos mentors, deux solutions : vous abonner à notre newsletter mensuelle, ou nous rejoindre ! Pour en savoir plus, contactez-moi : claire.vanoverstraeten@vitagora.com.

 

 
 

Par Claire VO

Responsable du programme ToasterLAB, Claire VO est également en charge de la post-accélération de nos start-ups, ainsi que de l'accompagnement des intrapreneurs. Après 12 ans au sein de Vitagora, Claire est véritablement le "cerveau du réseau" et, dans les méandres de notre écosystème, vous aide à y voir plus... clair ! Contactez-la  claire.vanoverstraeten@vitagora.com

 

Pages

Subscribe to ToasterLAB news
Subscribe to RSS - Business development